Image de  Evan Rouillard Réalisateur - DOP chez Bokeh Production

Documentaire de création sous les tropiques

Ambiances

1 / 17

Après avoir passé un mois à Cuba, principalement à la Havane, je peux dire que c’est un endroit particulièrement propice pour y exercer le métier qui est le mien. La douce lumière, les sons et la musique, intense et partout, les habitants bienveillants, une histoire et culture riche, des paysages et des mélanges architecturaux uniques… La liste est non exhaustive, mais on est déjà en présence de bons ingrédients pour un film.

La période, cependant, était particulière : le pays venait de rouvrir ses frontières après deux ans d’isolement suite à la pandémie. Le changement de système monétaire ainsi que le manque de touriste, principale rentrée de devise étrangère du pays, ont laissé la population exsangue. Beaucoup de lieux culturels ont fermé et ne rouvriront peut-être pas.

Nous avions prévu d’y rester un mois : 2 semaines de repérages et de rencontres et d’ateliers et 10 jours de tournages effectifs.

Ami et connaisseur de Cuba, Christophe Haleb, réalisateur et chorégraphe, nourrissait l’envie de faire un film à Cuba liant jeunesse, mouvement, chants et street art, avec en décor Regla, une banlieue de la Havane située de l’autre côté de la fameuse baie.

Nous étions déjà en contact avec le street artist, Moya, qui avec ses fresques tisse le véritable fil rouge du film, comme une présence, un esprit.

Déjà, il fallut trouver nos protagonistes, des jeunes entre 13 et 22 ans, de préférence, pratiquant une activité sportive ou artistique. Pour ça, rien de mieux que de se balader dans Regla, parler aux habitants, aux jeunes, jusqu’à trouver les bons lieux et les bons groupes.

Ensuite les convaincre et les habituer à notre présence, mettre en place une confiance réciproque et apprendre à se connaitre. Pour les filmer et les voir évoluer dans leurs environnements, leurs maisons, avec leurs habitudes et enfin connaitre leurs aspirations, leurs rêves et leurs espoirs pour eux et leur pays.

Tout un programme dans un état où dire ce que l’on pense peut vous mener droit en prison.

Nous avions convenu avec Christophe d’être le plus discret possible. Pour se faire un peu oublier évidemment, mais aussi pour avoir l’agilité nécessaire dans ce genre de production où tout peut aller très vite. On oublie donc les grosses caméras, trépied imposant, lumières, et on privilégie plutôt les caméras type boitier photo, et les accessoires qu’un blogueur voyage lambda pourrait avoir. Bien entendu, c’est plus compliqué de passer pour des touristes quand un perchman vous suit partout, mais ça a plutôt bien fonctionné pour toute la phase de repérage active.

Malgré tout, nous avons eu quelques ennuies avec les autorités, inquiets de ce qu’on pouvait bien faire avec tous ces jeunes, ce qu’ils pouvaient bien nous dire. Donner la parole, c’est déjà subversif en république de Cuba.

 

Résultat en mai 2023, pour la première diffusion.

 

 

 

L’équipe

L’équipe :

Christophe Haleb – Réalisateur & chorégraphe

Adriano Razafindrazaka – Assistant chorégraphe

Léo Couture – Son

Evan Rouillard – Image

Luvyen Mederos- Fixeur & régie

Jorge Bonet – Photographe

Making of par le talentueux Jorge Bonet

1 / 36